La liste à puce est un excellent moyen d’énumérer clairement les éléments d’un inventaire. Ce style est très utilisé dans les articles publiés sur Internet, car sa composition permet d’aérer la mise en page, tout en attirant l’œil du lecteur.

Les règles de ponctuation de la liste à puce

Les règles de ponctuation de la liste à puce sont très claires et faciles à retenir et pourtant, elles sont rarement respectées. Il faut préciser à la décharge de l’auteur de ces listes que le correcteur orthographique du logiciel Word lui-même ne connaît pas ces règles. En effet, dans certains cas, il indique à tort une forme fautive, en la soulignant d’un double trait bleu qui indique une faute de grammaire, de contextualité ou de typographie. Il supprime ce soulignement si vous mettez une majuscule dans un cas où vous devriez laisser une minuscule (j’y reviens plus bas).

Dans tous les cas, la liste à puce est composée d’une phrase introductive qui annonce l’énumération, puis vient la suite des éléments. Cette liste est ponctuée de deux façons différentes selon que la phrase introductive est ouverte ou fermée. À cela s’ajoutent comme toujours des exceptions : l’énumération dans l’énumération et le QCM.

Les règles sont les mêmes, quel que soit l’aspect des puces : tirets, points, flèches, etc. Ce qui compte, c’est la cohérence. Vous choisissez un signe et conservez le même pour toutes les puces. Cependant, si vous intégrez une énumération secondaire dans votre énumération principale, vous pouvez utiliser un second type de puce.

Chaque puce peut contenir plusieurs phrases. Il est néanmoins plus lisible que chaque puce soit assez courte. Si vous avez besoin de textes plus longs, il vaut mieux envisager une autre présentation, avec par exemple de courts paragraphes.

La liste à puce débutant par une phrase fermée

Une liste à puce débutant par une phrase fermée signifie que la phrase introductive se termine par un point ou se termine sans ponctuation s’il s’agit d’un titre.

Dans ce cas, les puces qui vont suivre sont considérées comme autant de phrases distinctes. Elles débutent logiquement par une majuscule et se terminent par un point.

Exemple de liste à puce débutant par une phrase fermée

Je rentre du Canada où j’ai pu observer de nombreux mammifères marins non loin des côtes.

  • Des orques.
  • Des baleines à bosse.
  • Des marsouins.
  • Des baleines de Minke.

La liste à puce débutant par une phrase ouverte

La liste à puce débutant par une phrase ouverte implique que la phrase introductive se termine par deux points (:).

Dans ce cas, cette phrase et toutes les puces qui vont suivre sont considérées comme une phrase unique. Les puces débutent donc par une minuscule (c’est là que la correcteur Word vous induit en erreur en vous incitant à mettre une majuscule) et se terminent par un point-virgule (;). La dernière puce clôt la phrase et se termine donc par un point. Elle peut exceptionnellement se terminer par un point-virgule, lorsque vient une dernière phrase de conclusion, en supplément des puces.

La virgule en remplacement du point-virgule est assez fréquente, mais elle est contraire à la règle.

Notez que pour respecter les règles typographiques, que vous devez laisser un espace avant et après le point-virgule, alors que la virgule nécessite un espace après elle, mais pas avant.

Exemple de liste à puce débutant par une phrase ouverte

Voici ma liste de courses :

  • des pommes ;
  • des poires ;
  • des scoubidous.

Si l’on retire les puces et que l’on place les lignes bout à bout, on a bien affaire à une seule phrase, correctement ponctuée.

L’énumération dans l’énumération

Dans le cas où il y a une énumération dans l’énumération, vous pouvez vous contenter d’une virgule pour séparer les éléments énumérés du second rang.

Pour le dortoir de la colonie de vacances, j’ai besoin de :

  • douze lits :
    • six lits en bois,
    • six lits en fer,
  • douze sommiers.

La liste à puce du QCM

Même si le QCM débute par une phrase ouverte, chaque puce peut se terminer par un point, car chaque proposition peut faire l’objet d’un choix et indiquer le terme de la phrase qui contient la question et la réponse.

Quel est l’animal le plus rapide :

  • le chat.
  • la belette.
  • le petit lapin.

Quel est le plus gros animal ?

  • La grenouille.
  • Le bœuf.

Dans le premier QCM, les propositions commencent par une minuscule pour correspondre à la suite de la phrase introductive ouverte terminée par deux points (:). Dans le second, elles débutent par une majuscule pour faire suite au point d’interrogation (?) de la phrase introductive fermée.